uemf

.
.
.
.
Avant le jour de la soutenance :
PRÉPARER SA SOUTENANCE DE THÈSE

Il est crucial de se relire ou du moins les principales parties de sa thèse. En outre, le temps entre l’envoi des thèses imprimées aux membres du jury et la soutenance est suffisant pour effectuer cette nouvelle relecture. Le but, de cette lecture, est de se remémorer son travail avec le plus de précision possible tout en ayant un regard « extérieur » critique sur son travail. Cette lecture permet de déceler les éventuelles questions ou reproches à venir le jour de la soutenance. Il faut ainsi réfléchir aux réponses possibles à ces critiques. Cette relecture permet également de corriger les éventuelles coquilles ou fautes restantes.
Il faut également préparer son intervention orale qui dure généralement entre 25 à 30 minutes. Cet exposé oral est d’abord l’occasion de remercier les membres du jury, d’expliquer le choix du sujet, de présenter les travaux en rapport avec son sujet de recherche.
Puis, cet exposé doit permettre, sans être un résumé de sa thèse, d’expliquer :
•Les raisons du choix du thème de la recherche : pourquoi ? Comment ? Quand ?
•L’intérêt et l’originalité du travail : qu’est-ce qui le différencie ? Qu’en est l’apport ?
•justifier les manquements, les lacunes ou les défauts éventuels.
•Les difficultés ayant pu être rencontrées et les solutions adoptées, tant sur le sujet que sur la méthode.
•Les différentes orientations du sujet et la justification du choix opéré.
•La conclusion du travail.
•Les questions auxquelles le travail n’apporte pas de réponse : ouvertures.
•Les documents ayant pu être découverts après l’impression du document : faire le point sur les éléments récents d’actualité en réalisant une éventuelle mise à jour de son travail.
L’exposé préparé donne alors lieu à des répétitions, communément appelées des « soutenances blanches », où sont conviées la famille, les amis, les collègues ou les encadrants. Ces répétitions permettent de tenir le chrono par rapport au timing, à s’entendre et à prendre en considération les remarques et les critiques des personnes présentes avant le jour J.
Le jour de la soutenance :
Bien que cela soit facile à dire, il convient de ne pas être trop anxieux ni trop détendu. L’exposé oral doit être présenté, dans la mesure du possible, sans lecture de ses notes. Il faut ainsi s’aider de notes concises gardées sous les yeux. Il convient de rester calme, clair, audible afin de mettre en œuvre toutes ses qualités d’orateur.
La soutenance se définit comme une discussion avec les membres du jury. Il s’agit d’un rite de passage obligé. Il faut ainsi défendre ses idées avec compétence et profondeur tout en acceptant et reconnaissant les faiblesses de son travail. Il faut donc savoir jongler entre la mise en exergue des points forts de sa thèse et l’explication des idées éventuellement confuses ou incomprises.
Il est impératif de rester calme et respectueux envers les membres du jury qui sont présents pour qu’une discussion autour du travail présenté et effectué s’opère. Au-delà de la dimension d’évaluation, il s’agit certainement d’un échange qui doit se consommer dans la tranquillité et l’échange. Il faut ainsi construire une réponse claire aux questions posées, sans se borner à présenter un résumé de sa thèse. Notons qu’un membre du jury peut parfois intervenir en soulevant différents problèmes, les uns à la suite des autres, mais sans vous laisser le temps d’y répondre sur le moment. De même, les explications amenant à la question peuvent parfois être ou paraître longues. Dans ces deux cas, il semble judicieux de prendre quelques notes pour pouvoir répondre aux interrogations le moment venu. Ce conseil prend tout son sens avec l’éventuel stress et la fatigue qui se fera sentir au fil de la soutenance.
Il ne faut pas être dans une opposition automatique avec les critiques formulées par les mêmes du jury, ni accepter toutes les critiques formulées sans réagir ou se justifier. Il faut trouver un juste équilibre dans l’attitude à avoir.
Conseils pratiques…
Il ne faut pas oublier qu’une soutenance dure entre 3 et 4 heures, notamment pour les jurys à 6 membres. C’est donc un épuisement physique et moral qui vous attend. Pensez donc à manger avant la soutenance, bien qu’il faille avouer que ce n’est pas forcément une envie.
Enfin, pensez à prendre du plaisir lors de cette soutenance, de présenter, de discuter et de défendre votre travail. Ce conseil peut sembler bien facile quand ce n’est pas notre tour de passer devant le jury, mais dites vous qu’on ne soutient une thèse qu’une seule fois dans sa vie…
Ceux qui sont déjà passés par là vous diront que deux moments exceptionnels viennent clôturer ces longues années et ces travaux de recherche. D’une part, il ne fait pas de doute que l’on ressent un soulagement, une joie immense et une fierté lorsque l’on a pour la première fois sa thèse imprimée en mains. D’autre part, la soutenance est l’un des meilleurs moments des années de thèse, lorsque l’on a pu débattre de ses recherches, justifier son travail devant d’éminents spécialistes de son domaine.
source : etudiant.ma
.
.
.
.
Voir plus d'informations les plus consultées
.
.
 
Top